Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Serrez-vous les uns les autres, c’est « Le hug day » !

Posted on 4
0 / 764

21 janvier:  Hug day mondial. Serrer dans les bras son voisin ou un inconnu, ça ne vous serait jamais venu à l’idée. Pourtant un nouveau concept sensé rapprocher les gens à vu le jour et c’est maintenant plus d’une dizaine de millier de personnes qui se serrent dans les bras aux quatre coins du monde le jour J ! Le contact est bénéfique pour le bien-être mais entre accolades positives et distance de sécurité prônée par les spécialistes de la communication, comment se situer ?

L’anthropologue Edward T. Hall à partir, à partir de 1963, introduit le terme proxénie dans le dictionnaire de l’étude des rapports humains. Par ce mot il rassemble « l’ensemble des observations et théories que l’Homme fait de l’espace en tant que produit culturel spécifique ». En d’autres mots, il étudie la façon dont l’espace est occupé en fonction du rapport entre les gens. Selon lui et compte tenu des différentes cultures, les individus créent leur propre échelle de valeur et estiment la distance décente à respecter que ce soit dans une situation professionnelle mais aussi amicale ou amoureuse. Edward T. Hall distingue trois niveaux de rapprochement du plus familier au plus distant.

Donc ni trop près, ni trop loin, le tout étant de trouver la limite. Facile à dire, pas si évident à mettre en œuvre…Avec toutes ces différentes cultures et avec l’intervention de la propre personnalité de chacun, ça ressemble plutôt à un casse-tête chinois de pouvoir se positionner. Restons donc à distance, une distance sécurisante mais qui ne glace pas la situation.

 Il faut trouver un équilibre entre être trop collé et trop éloigné

Chacun a donc sa propre idée de ce qu’il souhaite et de ce qu’il convient de faire. Aussi, quand certaines personnes esquivent les bises, d’autres recherchent des contacts tactiles et en raffolent même. Des chercheurs du laboratoire d’étude de la perception de l’Université de Saint Andrews en Ecosse, se sont intéressés aux effets des contacts tactiles et ont montré qu’il suffit qu’un homme touche une femme sur la main pour que cela provoque non seulement une légère hausse de température mais aussi crée un rapprochement entre les deux personnes.

Dans notre société, le contact tactile n’est pas véritablement mis en avant. Pourtant, il exprime un besoin vital dans le couple. Des expériences ont été menées sur deux groupes de bébés chimpanzés. Elles ont montré que le groupe qui a été nourri avec affection et caresses, avait grandi avec vigueur et intelligence. Donc le contact est plus qu’une envie mais serait nécessaire apparemment. Au début d’une relation, deux personnes qui s’aiment et passent plus de temps ensemble pour se promener main dans la main, montre l’appréciation de la présence de l’autre. Au fil des années une fois que le couple s’installe, le rapprochement physique s’estompe pour laisser place à la routine. Or de simples gestes comme un effleurement d’épaule, prendre la main et déposer un baiser ont des effets thérapeutiques sur la santé du couple, et sur la santé en générale. Les découvertes en neurosciences ne font qu’appuyer cette théorie.  Déjà il y a 5000 ans en Inde, Maître Shiva écrivait une belle méditation sur le contact tactile et ses bienfaits physiques et morales.

Le rapprochement physique est synonyme de bien-être donc. Fort de cette idée, quelques adeptes du contact thérapeutique ont créé le « Hug Day » permettant de faire des câlins à des inconnus, à son voisin, son patron ou sa boulangère !

Le contact tactile est bon pour la santé morale mais aussi physique

Non seulement le câlin serait bon pour le moral, mais il serait donc aussi bon pour la santé. Le docteur en psychologie Jan Astroma a publié une étude sur le sujet dans la revue Comprehensive Psychology. D’après ses recherches, dix secondes d’étreintes suffiraient pour réduire le risque d’hypertension. L’accolade provoquerait une baisse du sentiment de stress, tout en libérant l’ocytocine, une hormone qui permet de favoriser la confiance en soi et le sentiment d’amour.

Dans l’ouvrage « La Câlinothérapie », la psychologue Céline Rivière explique, quant à elle, les bienfaits du câlin et décrypte ce phénomène. Le câlin étant le geste le plus naturel qui soit, prendre quelqu’un dans ses bras apporte le bonheur autant à soi qu’à la personne que l’on chérit. Les études du Kinsey Institute de l’Université d’Indiana, aux Etats-Unis démontrent quant à elles, que les couples qui passent des moments ensemble et ont su conserver le gout du contact,  voient leurs relations durer plus longtemps.

Garder le contact dans son couple s’est s’assurer une plus longue durée de vie commune

La plupart des découvertes sont parvenues au résultat selon lequel le « corps guérit l’esprit ». Cependant, le contact tactile occupait longtemps une place réduite dans les sociétés occidentales, tout d’abord en raison des valeurs transmises par les religions judéo-chrétiennes. Déjà, dans l’antiquité, Cicéron, philosophe stoïcien plaçait au même plan, le contact tactile et l’odorat et le goût, en les considérant comme des moyens de séduction des corps et disait que les sens étaient dangereux, faisaient glisser l’homme vers un plaisir où il risquait de se perdre.

La peur du plaisir « charnel » associée à la tradition chrétienne jette le contact tactile dans l’interdiction et le tabou parce qu’il exprime les pulsions non contrôlables et spontanées qui rapprochent l’homme de l’animal.  Or l’homme parce qu’il est doté d’intelligence est censé être supérieur à l’animal.

La psychanalyse interdisait également tout contact physique avec le patient et il a fallu attendre les années vingt avec les théories de Wilhelm Reich pour voir émerger des techniques de thérapies psycho-corporelles bénéfiques pour le patient. La libération sexuelle des années 70 et les travaux sur le plan scientifique ont ensuite contribué à lever les tabous.

hug day

Le contact physique sous toutes ses formes est donc aujourd’hui reconnu dans le monde pour ses vertus sur le moral et donc la santé.

Si l’on tient compte de tous ces éléments, alors comment bien débuter une relation ? Comment réussir à conserver cette distance de sécurité tout en ne se privant pas du contact tant bénéfique pour générer et maintenir l’émotion et le désir dans le couple ? Il y a généralement de nombreuses questions qui traversent nos esprits quand nous démarrons une relation. Est-elle/est-il vraiment comme moi ? Les choses pourront-elles devenir sérieuses ? Est-ce le bon choix ? Où cela nous mènera ? Dans cette période de transition, nous passons autant de temps à analyser la situation que de passer aux actions, mais lesquelles ?

Il suffirait d’écouter son cœur ? Probablement. Il devient, en effet, alors plus facile de mettre au second plan, les pensées qui nous égarent. Mais que faire du contact dans tout ça ?

Il suffirait d’écouter son partenaire et son cœur

L’homme et la femme ont des codes différents dans la façon de séduire. D’un simple coup d’œil, une personne est capable de détecter si vous êtes timide, extraverti(e), vous avez de l’humour ou vous êtes sarcastique. Ainsi une personne joyeuse affichera un large sourire, des yeux épanouis. Une personne timide ou stressée aura un regard fuyant, des traits tirés et des gestes imprécis. Elle rendra cette distance de sécurité non pas rassurante mais au contraire, deviendra le miroir des propres peurs de son/sa partenaire.

Le secret donc ? Faire confiance à son instinct et savoir écouter l’autre pour mieux le connaitre et mieux l’appréhender, un peu d’audace aussi quand on sait choisir le moment opportun pour se rapprocher et tenter un premier contact parce-que vous l’aurez compris, le contact ça réchauffe le cœur et fait du bien au moral !

 

No Comments Yet.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *